Portrait Céline Delaugère : Cofondatrice de Eva Engines

Nous avons pris une grosse claque en rencontrant Céline Delaugère qui après ses études de maths et d’informatique et une carrière de mannequin international s’est spécialisée dans l’intelligence artificielle et a créé EVA ENGINES. Cette start-up, plusieurs fois primée, a développé un algorithme de génération de visuels pour le monde de la mode. Elle permet aux designers de visualiser leurs futurs vêtements sans recourir à la création de prototypes, et ainsi leur permettre de réduire leurs coûts et leur empreinte environnementale. Dans cet entretien passionnant Céline revient sur son parcours, la genèse d’EVA ENGINES et les défis entourant la digitalisation de l’industrie de la mode. Une personne vraiment inspirante !

À LIRE AUSSI : Interview de Diane Glaoua, fondatrice de IGIVEBACK

 

      1. Comment as-tu choisi tes études  ?

J’ai toujours été passionnée par les maths, notamment la géométrie et l’algorithmique. J’ai commencé par étudier les maths et l’informatique à Dauphine et j’ai découvert la programmation informatique et le code que j’ai adoré ! Ensuite j’ai poursuivi par un master de recherche sur l’intelligence artificielle réalisé entre Dauphine et l’Ecole des Mines.

 

      2. Comment es-tu devenue mannequin ?

En L3 donc à l’âge de 20 ans j’ai été sollicitée par un photographe, je me suis dit pourquoi pas. Cela a bien fonctionné car quelques mois plus tard j’étais signée par une des agences les plus prestigieuses du monde (IMG Models) et j’ai eu la chance de travailler pour une centaine de marques (dont Hermès, Victoria Beckham, Dries Van Noten…) , d’ouvrir des shows, de beaucoup voyager et de découvrir plein de cultures et de milieux différents.

 

      3. Comment as-tu réussi à concilier ce rythme trépidant et tes études ?

J’avais la chance de bénéficier du statut d’étudiante salariée qui m’a permis de mener de front les 2 activités. C’est vrai que c’était épique, je prenais parfois 4 avions par semaine en enchaînant les partiels et les fashionweeks !

 

      4. Quelle a été la genèse de Eva Engines ?

L’idée de la boîte m’est venue quand j’étais mannequin. En observant de l’intérieur d’industrie de la mode et les enjeux, j’ai vu la possibilité d’aider les marques avec l’intelligence artificielle. Et je me suis lancée en 2019 avec mon super associé David Zerah, rencontré sur les bancs de la fac.

David est CTO et s’occupe du produit, pour ma part je m’occupe principalement de la relation client et de la recherche en IA. Nous avons fédéré une équipe de 6 personnes.

Concrètement, nous avons développé une solution d’intelligence artificielle qui permet de générer des visuels de vêtements sans passer par un shooting photo. C’est basé sur les GANs (Generative Adversarial Networks) qui permettent de générer des images avec un fort degré de réalisme. Avec cette solution, les marques de prêt-à-porter n’ont plus besoin d’organiser de shootings techniques et économisent de l’argent, du temps, des ressources et l’énergie de leurs éventuels voyages afin de valider leurs prototypes. Eva Engines digitalise le prêt-à-porter grâce à l’intelligence artificielle, un outil permettant d’aller plus vite, d’accélérer les tâches analytiques et techniques pour se concentrer sur des tâches plus créatives.

Notre plateforme permet de passer du dessin de produit à l’image réaliste du produit très vite. Cela permet de visualiser et de prendre des décisions très rapidement, sans gaspillage.

Nous avons aussi un produit de « scouting » de mannequins (Eva Search) et nous travaillons avec une dizaine d’agences. Avec l’arrivée du numérique et des réseaux sociaux, les industries de la mode et du mannequinat ont vécu une profonde transformation. Nous proposons aux professionnels de l’industrie de la mode de trouver des mannequins en parcourant des milliers de profils, grâce à l’utilisation de réseaux de neurones et de reconnaissance faciale.

 

      5. Quelle est votre mission et votre raison d’être ?

Notre mission c’est d’aider la mode et de devenir un acteur incontournable de la digitalisation du secteur. Nous souhaitons offrir une transition pour le rendre plus efficace, plus durable, digital et inclusif.

 

      6. Quel sont vos partenaires ?

Nous avons été accompagnés par l’incubateur de l’Ecole Polytechnique (X-UP) puis nous avons suivi le programme d’accélération de la Maison des Startups du groupe LVMH, celui de Plug & Play et Neuilly Lab.

Nous avons noué des partenariats avec NVIDIA, Valeo et Lectra et allons rejoindre le programme NeuillyLab.

 

      7. Si tu pouvais inviter 3 personnes à un dîner, quelles seraient-elles ?

3 personnes que j’ai eu la chance de rencontrer pendant ma carrière dans le mannequinat :

Maye Musk, la maman d’Elon Musk qui est mannequin et diététicienne.
Victoria Beckham, j’ai travaillé avec elle et elle dégage quelques chose de très inspirant. Nadège Vanhee-Cybulski, la DA d’Hermès femme qui m’a beaucoup impressionnée.

 

      8. Quel est le rêve qui te reste à réaliser ?

 Aller dans le désert !

  

      9. Quel est le plus beau voyage que tu aies réalisé ?

Yakushima, une île au sud du Japon qui a servi de modèle pour le film « Princesse Mononoké » de Miyazaki.

 

      10. Quel est le meilleur conseil que l’on t’ait jamais donné ?

S’amuser dans tout ce qu’on fait ! Il faut être guidé par ses passions et relativiser les choses !

 

      11. Quelle est ton addiction ?

Le sport ! Je fais principalement du running/trail mais aussi de la natation, du vélo, de la boxe, de l’équitation. D’ailleurs, demain je cours mon premier marathon !

 

      12. Quel est le morceau que tu écoutes en boucle en ce moment ?

« What’s the difference » de Dr Dre et Eminem !

 

      13. Comment progresses-tu ?

Je bosse énormément ! Et quand je bloque, je laisse passer un peu de temps et j’y retourne. Je crois beaucoup en la persévérance !

 

      14. As-tu une citation ou un proverbe qui te vient souvent à l’esprit ?

« Don’t think limit »

Le dépassement de soi, ne pas se fixer de limites.

 

      15. Que penses-tu des compléments alimentaires ? En prends-tu personnellement ?

J’ai pris de guarana pendant une période pour l’énergie mais je ne suis pas spécialement une grande consommatrice de compléments !

 

      16. Que penses-tu de Konjak Paris ? As-tu un conseil nous prodiguer ?

Je trouve que vous avez une super communication, j’entends beaucoup parler de vous autour de moi. J’aime le fait que vos produits soient naturels et Bio

Pour recevoir gratuitement notre guide santé, c’est ici :