Peut-on boire de l'alcool après avoir reçu le vaccin COVID-19 ?

Il est bien connu que l'alcool a un effet négatif sur votre système immunitaire, et des études ont établi un lien entre une consommation excessive d'alcool et des infections respiratoires plus graves. Cependant, rien ne prouve qu'une consommation modérée d'alcool ait un impact sur l'efficacité du vaccin COVID-19.

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les Dietary Guidelines for America définissent une quantité modérée d'alcool comme deux verres ou moins par jour pour les hommes et un verre ou moins par jour pour les femmes. Les chercheurs n'ont pas encore examiné les effets d'une consommation excessive d'alcool ou d'un "binge drinking" sur l'efficacité du vaccin COVID-19. Toutefois, par mesure de précaution, il est préférable d'éviter d'augmenter sa consommation d'alcool dans les jours qui suivent la vaccination.

A LIRE AUSSI : Pourquoi j'ai la diarrhée après avoir bu de l'alcool ? 

Voyons comment l'alcool affecte votre système immunitaire et si vous pouvez boire de l'alcool sans danger après avoir reçu le vaccin COVID-19.

 

      Peut-on boire de l'alcool après avoir été vacciné contre le COVID-19 ?

Le but des vaccins contre le COVID-19 est d'aider votre système immunitaire à reconnaître le virus responsable du COVID-19 comme un envahisseur étranger. On ne sait pas encore tout à fait comment la consommation d'alcool affecte votre réponse au vaccin. Les vaccins COVID-19 approuvés aux États-Unis ont dû passer par des essais cliniques rigoureux pour évaluer leur sécurité avant que la FDA ne les autorise. Ces essais n'ont pas examiné si l'alcool affectait l'efficacité du vaccin.

Il est probable qu'une consommation modérée d'alcool dans les jours suivant l'administration du vaccin ne modifiera pas son efficacité. Certaines études préliminaires menées sur des macaques (singes), des rats et des personnes ont montré que la consommation modérée d'alcool est associée à une amélioration de la santé cardiovasculaire et peut-être de la santé immunitaire. Mais des recherches beaucoup plus approfondies sont nécessaires pour étayer ces résultats.

Par mesure de précaution, il est probablement préférable de maintenir ou de réduire sa consommation d'alcool pendant au moins quelques jours après avoir reçu le vaccin. Comme le rapporte l'agence Reuters, un responsable de la santé russe a publié en décembre 2020 un avertissement selon lequel les personnes recevant le vaccin Sputnik V COVID-19 devaient éviter l'alcool pendant les deux semaines précédant leur première injection et pendant les quatre semaines suivant leur deuxième injection. La logique était que l'alcool peut réduire votre capacité à construire une immunité contre le virus qui cause le COVID-19.

Le Dr Alexander Gintsburg, chef de l'équipe de recherche qui a produit le vaccin Sputnik V, a depuis indiqué sur le compte officiel de Sputnik V sur les réseaux sociaux qu'une interdiction totale de l'alcool n'était pas nécessaire et qu'une consommation modérée était acceptable. Il a conseillé d'éviter de boire pendant 3 jours après avoir reçu chaque injection ou tout autre vaccin.

 

      Alcool et thrombose du sinus veineux cérébral

Certains types de vaccins COVID-19, comme ceux de Johnson & Johnson et AstraZeneca, ont potentiellement été associés à une affection appelée thrombose du sinus veineux cérébral (TVC) dans des cas extrêmement rares. La TVC est un caillot de sang dans les sinus du cerveau. Dans un rapport du CDC datant d'avril, seuls 9 cas totaux de TVC ont été enregistrés après l'administration de près de 200 millions de vaccins.

Selon la Société italienne sur l'alcool, l'alcool est lié à une fonction négative des plaquettes qui peut augmenter le risque de troubles de la coagulation comme le TVC. Il est possible que la consommation excessive d'alcool, combinée à la vaccination, puisse contribuer au développement de cette complication rare, bien que des études futures soient nécessaires pour comprendre si c'est effectivement le cas.

 

      Autres précautions après avoir reçu un vaccin COVID-19

La très grande majorité des personnes qui reçoivent un vaccin COVID-19 ne ressentent que des effets secondaires légers. Par exemple, le symptôme le plus courant avec le vaccin Pfizer-BioNTech est une douleur légère autour de la zone de vaccination. Il est conseillé de programmer le vaccin en fin de journée ou à un moment où vous avez un peu de temps libre, au cas où vous ressentiriez des maux de tête ou de la fatigue.

Vous pouvez prendre des médicaments en vente libre comme l'ibuprofène (Advil) ou l'acétaminophène (Tylenol) si vous présentez des symptômes inconfortables tels que :

  • des douleurs articulaires
  • des douleurs musculaires
  • des maux de tête
  • une douleur autour du site d'injection

 

      Réactions allergiques graves

Les réactions allergiques sévères sont très rares mais peuvent survenir, généralement dans l'heure qui suit. C'est pourquoi les professionnels de santé peuvent vous demander de rester sur le lieu de la vaccination pendant une heure maximum (au moins 15 minutes en France).

Les symptômes d'une réaction allergique sont les suivants :

  • des difficultés à respirer
  • un gonflement du visage et de la gorge
  • des battements cardiaques rapides
  • une éruption cutanée
  • un étourdissements et faiblesse

Si vous développez une réaction allergique grave, vous devez consulter immédiatement un médecin.

 

      URGENCE MÉDICALE

L'inflammation de votre cœur et de la paroi de votre cœur est également un effet secondaire rare possible qui doit susciter une attention médicale immédiate. Les symptômes comprennent :

  • une douleur thoracique
  • un essoufflement
  • un rythme cardiaque rapide
  • des battements de cœur
  • des palpitations du cœur

 

      Comment fonctionnent les vaccins contre le COVID-19 ?

Les vaccins contre le COVID-19 aident votre corps à reconnaître le virus responsable du COVID-19 comme un envahisseur étranger qui doit être attaqué. La façon dont les vaccins atteignent cet objectif varie en fonction de leur mode de fabrication.

Il existe trois principaux types de vaccins autorisés en cas d'urgence ou faisant l'objet d'essais cliniques à grande échelle aux États-Unis.

  • Les vaccins à ARNm. Les vaccins à ARNm contiennent du matériel provenant du virus qui permet à votre organisme de créer des globules blancs et des anticorps pour se défendre contre lui. Il s'agit de Pfizer-BioNTech et Moderna. Il faut noter que cela ne provoque pas le COVID-19.
  • Vaccins à base de sous-unités protéiques. Ces vaccins comprennent des protéines du virus au lieu du virus entier. Ils apprennent à votre organisme à reconnaître que la protéine est un envahisseur qui doit être attaqué. Le vaccin expérimental Novavax en est un exemple.
  • Vaccins vecteurs. Les vaccins vecteurs contiennent une version modifiée d'un virus différent de celui qui cause le COVID-19. A l'intérieur du virus se trouve l'information génétique du virus qui cause le COVID-19. Johnson & Johnson et Janssen Pharmaceuticals en sont des exemples.

 

      À retenir :

Il est peu probable qu'une consommation modérée d'alcool affecte votre réponse au vaccin COVID-19. Par mesure de précaution, il est préférable d'éviter d'augmenter votre consommation d'alcool.

Il est possible qu'en diminuant votre consommation d'alcool ou en évitant complètement l'alcool, vous puissiez améliorer votre réponse au vaccin, mais il n'existe pas de preuve scientifique à cet effet.

Il est probablement préférable d'éviter de boire beaucoup ou de faire des excès d'alcool pendant au moins quelques jours après avoir reçu chaque dose du vaccin.

Pour recevoir gratuitement notre guide santé, c’est ici :