Interview Julie Pernet, créatrice de MakeMyMask

C’est encore une belle rencontre que nous avons réalisée avec Julie Pernet, une pharmacienne et entrepreneure à l’origine du projet MakeMyMask, des soins capillaires personnalisés 100% naturels, né à la suite de sa première grossesse quand elle a subi une perte importante de cheveux et a trouvé la solution miracle dans des masques à base de poudres de plantes. Dans cet entretien elle nous raconte la genèse de ce projet, sa vie à Genève où elle est installée depuis 7 ans, et nous conseille un film … visionnaire ! Une personne vraiment inspirante !

A LIRE AUSSI : Interview Ariane Mathurin, entrepreneure.

 

  1. Peux-tu nous raconter ton enfance ?

J’ai grandi dans une petite ville de l’Est de la France à Vesoul (connue par la fameuse chanson de Jacques Brel). J’ai eu une enfance très heureuse à la campagne. Petite, déjà, j’aimais créer des « mixtures » en mélangeant de la boue et de l’eau. Dans ma ville, il y avait une pharmacie à l'ancienne avec des vieux bocaux, j'adorais m'y rendre.  

Très vite, j’ai voulu devenir pharmacienne ! Pourquoi ? J’ai toujours eu une passion pour la botanique, les plantes, leurs propriétés bénéfiques sur la santé. Je voulais aider les autres, les conseillers et leurs préparer des soins.  Et c'est ce que j'ai fait !

Pendant mes études de pharmacie, j’ai excellé dans les cours de botanique, pharmacognosie, galénique.

 

  1. Tu as une double formation Doctorat en pharmacie et ESCP Europe, que t’a apporté chaque école ? 

Les études de pharmacie ont été une véritable passion pour moi. Je me suis totalement épanouie dans ces études. L’ESCP m’a plus ouvert l’esprit à des notions de communication et de marketing que l’on ne développe pas du tout en pharmacie. Ce fut également une très belle expérience, et j’ai su après cette seconde formation que je voulais m’orienter vers un métier de communication. 

A LIRE AUSSI : Interview de Coline Burland, co-fondatrice d’Omie & Cie

 

  1. Comment est née l’idée de Make My Mask ?

Le déclic pour me lancer ? Ma grossesse ! J’ai commencé à me pencher sérieusement sur ce que j’appliquais sur ma peau, sur mes cheveux, et à regarder de plus près ce que je mangeais. Trois mois après avoir accouché, j’ai subi une perte importante de cheveux, comme beaucoup de femmes ; j’avais les cheveux gras, ternes. Et en cherchant des solutions, j’ai repensé à mes cours de botanique. Et s’il fallait revenir à l’essentiel ? Revenir à des ingrédients de base que nos arrière-grands-mères utilisaient au quotidien ? A ces poudres végétales et ayurvédiques, à ces huiles végétales et essentielles dont les vertus sont nombreuses mais oubliées ou délaissées, à partir des années 2000 par des soins pratiques, chimiques où la texture et le parfum prévalent sur la qualité des actifs. J’ai commencé à formuler moi-même, mes masques avec 4 ingrédients : une poudre végétale pour détoxifier les cheveux, de l’aloe vera pour hydrater, une huile végétale pour nourrir, une huile essentielle pour traiter la problématique. Ces 4 actifs à diluer dans un peu d’eau constituent un masque frais rassemblant l’essentiel des ingrédients dont vous avez besoin pour prendre soin de vos cheveux : aucun artifice, juste l’essence même des actifs, hyper puissant ! J'ai travaillé avec ces 4 actifs jusqu'à obtenir le dosage parfait pour une efficacité optimale. J'applique ce masque directement sur le cuir chevelu, car c’est là où tout commence ! C’est comme pour les racines des plantes ! Si vous avez un cuir chevelu sain, vous aurez de belles longueurs, car tout part de la racine de vos cheveux. Il ne sert à rien de prendre soin des longueurs si vous ne choyez pas votre cuir chevelu ! Vos cheveux reflètent votre état de santé, prendre soin de vos cheveux, c'est prendre soin de vous !

A LIRE AUSSI : L'habitude de se tortiller ses cheveux est-elle un symptôme d'une maladie sous-jacente ?

 

  1. Quelle a été la plus grande difficulté rencontrée depuis que tu as monté ce projet ? 

La mise en place du 1er prototype. J’avais en tête exactement ce que je voulais mais les éléments n’existaient pas forcément tel quel sur le marché. 

 

  1. Comme l’as-tu surmontée ?

J’ai du renoncé à certaine de mes idées et faire preuve de créativité pour trouver des éléments existants et qui puisse fonctionner avec mon projet. En parler autour de moi, m’a aidé à me challenger et à booster ma créativité. Parfois une discussion basique avec quelqu’un peut nous débloquer un problème en 2 secondes. 

 

  1. Tu es une goldie comme notre CEO Kahina, quel souvenir gardes-tu de cette expérience ?

Je dirais que c’est surtout l’après Goldup qui est intéressant. Bien sur la formation est géniale. Mais ce qui est encore mieux ce sont les rencontres que l’on fait pendant cette formation et le réseaux auxquels on accède. Entreprendre n’est pas simple, et cela fait de bien de pouvoir échanger avec des autres entrepreneuses. Il y a une vraie sororité entre nous. On échange nos tips, ce qui nous a aidé, ce qu’on n’arrive pas à surmonter. Il y a toujours quelqu’un qui connait un sujet en particulier et peut nous aider. #Strongertogether. 

 A LIRE AUSSI : Goldup : portrait de 5 femmes qui ont fait le choix d’entreprendre

 

  1. Quels sont les avantages et inconvénients de la vie en Suisse ?

Haha, La suisse. J’y vis depuis 7 ans maintenant. J’y ai rejoint mon petit copain de l’époque qui est maintenant mon mari et le père de mes 2 filles. Mais franchement j’adore vivre en Suisse. Enfin je dirais vivre à Genève. J’ai vécu avant pendant 6 ans à Paris. Genève c’est en fait le meilleur compromis entre une grande ville et les montagnes/la campagne à 10 min. On peut avoir accès a des postes très intéressants, c’est très multiculturel, nous avons des amis de 10 nationalités différentes, et en même temps on a le lac ou nous nous baignons en afterwork, et les week-ends, et les montagnes que nous pouvons rejoindre en 1 heure. Pour moi qui adore le dynamisme d’une grande ville mais aussi faire du ski, des randonnées, c’est le rêve. Après je suis française et je le resterai. Nous avons quand même des cultures différentes entre les 2 pays. Et j’adore la France et sa beauté aussi. Nous sommes à seulement 5 min de la frontière, donc nous en profitons aussi. 

 

  1. Si tu pouvais inviter 3 personnes à un dîner, quelles seraient-elles ?

Oussama Ammar… même si j’aurais un peu peur lol) je pense qu’on peut vraiment apprendre d’une discussion avec lui. 

Emmanuel Macron et Oliver Véran le ministre de la santé. Car j’aimerais pouvoir discuter de politique, d’environnement et de santé publique avec eux et leur partager notre quotidien d’entrepreneures, de femmes et de professionnels de santé. 

 

  1. Comment partages-tu ton temps aujourd’hui ? Parviens-tu à déléguer ?

Tu veux dire avec mon associé ? Mon associé s’occupe de tout ce qui est production, logistique et achats des matières premières. Moi je m’occupe du contenu scientifique, de la recherche et du développement, et bien sûr de la communication et du marketing. Nous allons bientôt recruter pour nous aider, surtout pour le lancement de nos soins en pharmacie. Je n’ai pas de grandes difficultés à déléguer. Il faut avoir confiance en ses collaborateurs. J’ai longtemps été directrice marketing donc j’ai l’habitude de déléguer et de superviser des projets. 

 

  1. Quel est le roman (ou le film) qui t’a le plus marqué et pourquoi ?

Le film Contagion. Tu connais ? Avec Jude Law. En fait j’y pense souvent récemment car l’histoire est très proche de ce qui se passe avec le Covid et cela m’interpelle de me dire qu’on aurait pu l’éviter… vu qu’on l’avait déjà imaginé. 

 A LIRE AUSSI : Comment la lecture peut avoir un effet positif sur votre vie

 

  1. Quel est le rêve qui te reste à réaliser ?

Que MakeMyMask devienne la référence de la détox capillaire sur-mesure. 

 

  1. Quel est le plus beau voyage que tu as réalisé ? Pourquoi ? 

Cuba. J’ai adoré ce voyage. Nous y sommes allés avec mon fiancé il y a quelques années et ce fut incroyable. Les paysages sont a couper le souffle mais il y a aussi l’architecture des villes qui est vraiment magnifique. Mais ce qu’il nous a le plus plu c’est l’ambiance : de la musique des les rues jours et nuits et une population tellement sympathique. Nous dormions chez l’habitant (c’est très commun de faire comme cela à Cuba car il n’y a pas beaucoup d’hôtels) et cela nous a permis de rencontrer les habitants de discuter avec eux, de goûter leurs plats, de comprendre leurs traditions. C’était super. 

 

  1. Quel est le meilleur conseil que l’on t’ait ait jamais donné ?

Il y en a beaucoup, mais je dirais, d’écouter le feedback des utilisateurs sans penser que c’est un jugement mais une façon d’améliorer le produit pour qu’il réponde au mieux aux besoins des clients.

 

  1. Quelle est ton addiction ?

La famille ! Pendant le covid et le confinement c’est ce qui m’a le plus manqué. Ça a été vraiment dur de ne pas les voir. C’est vraiment une bouffée d’air frais pour moi. Ils m’ont toujours soutenu dans mes projets, ils sont tellement bienveillants, drôles et gentils. Mais comme un peu tout le monde dans ma ville de naissance : Vesoul. C’est fou comme il y a une bienveillance entre les personnes dans ces petites villes. C’est vraiment agréable. 

 

  1. Si tu pouvais murmurer quelque chose à l’oreille de Julie à la sortie de la fac de pharmacie, que lui dirais-tu ? 

Crois en toi et aie confiance dans les décisions que tu prends. 

 

  1. As-tu une citation ou un proverbe qui te vient souvent à l’esprit ? 

Better together, Stronger together. Je pense que l’être humain n’est pas fait pour vivre seul. En tout cas, moi, je trouve mon énergie dans le partage, les échanges, les discussions. 

 

  1. Comment progresses-tu ?

Je suis hyper curieuse. Et je me dis que je peux tout le temps apprendre. J’essaie de rationaliser mon temps tout le temps. J’écoute beaucoup de podcast entrepreneuriat quand je conduis et pendant que je cours. 

 

  1. Que penses-tu des compléments alimentaires ? En prends-tu personnellement ?

En tant que docteure en pharmacie, je suis convaincue que les compléments alimentaires sont excellents pour la santé s’ils sont naturels et bien dosés. Oui je fais souvent des cures. Je viens juste de commencer ma cure de Konjak d’ailleurs. Je suis impatiente de voir les résultats. 

 

  1. Que penses-tu de Konjak Paris ? As-tu un conseil nous prodiguer ?

Je trouve le concept original et différent des autres, ce que j’apprécie. Vous vous démarquez bien du reste grâce au konjac. J’adore également le design de la marque. Je pense qu’on aimerait encore plus que Kahina partage en stories sur l’insta de Konjak son quotidien d’entrepreneuse !

A LIRE AUSSI : Comment la vitamine E peut être bénéfique pour vos cheveux?

 

Pour recevoir gratuitement notre guide santé, c’est ici :