Interview d'Audrey Hababou, Présidente et Co-Fondatrice Chez Daylily Paris

Nous savons que lorsqu’une femme est enceinte, il est important d’utiliser des produits sains qui ne porteront pas atteinte à sa santé et à celle du bébé. Le marché de la grossesse et de la maternité a beaucoup évolué ses quelques années. C’est une marque naturelle, clean et efficace que nous propose Audrey à travers Daylily. Tout au long de cette interview, nous suivons le super parcours d’Audrey ainsi que le message et l’objectif de son génial projet. Une femme vraiment inspirante !

A LIRE AUSSI : Portrait Sara Reynaud, CEO & Fondatrice de My Moojo

 

  1. Peux-tu nous raconter ton enfance ?

Je suis née et j’ai grandi à Paris avec mon petit frère. J’ai évolué dans un cadre familial fort, entourée de mes cousin(e)s, oncles, tantes… En soi, j’ai eu une enfance relativement heureuse. Le travail a toujours été une valeur forte dans notre éducation. Mon père cumulait deux postes, il était comptable la semaine et travaillait pour l’entreprise familiale le week-end. Puis, il a évolué en tant que DAF de sa propre structure dans laquelle il s’est beaucoup investi. Il est un véritable modèle pour moi et ma transmis cette envie d’entreprendre !

 

  1. Comment as-tu choisi tes études (ISIPCA, UVSQ Université de Ver-sailles Saint-Quentin-en-Yvelines, ESSEC Business School )

Lorsque j’étais au lycée, l’opportunité de faire mon année de terminale dans un lycée international à San Francisco s’est présentée. Là-bas, les informations sur les études secondaires étaient très floues. Aimant la biologie, je me suis alors dirigée en fac de bio pour devenir généticienne. Finalement, je me suis rendu compte que ces études n’étaient pas faites pour moi et je me suis vite spécialisée en chimie, un domaine qui me plaisait davantage mais les perspectives d’avenir ne me convenaient pas non plus. A force de recherches, je suis tombée sur un master géré par 3 entités : l’ISIPCA l’Institut Supérieur de la Parfumerie et de la Cosmétique, l’Université de Versailles et l’ESSEC.

C’est un master vraiment spécifique en management dans le secteur de la cosmétique et de la parfumerie qui accueille des profils tertiaires mais aussi scientifiques. L’univers de la cosmétique m’ayant toujours passionné, j’y ai vu un signe et intégrer ce master est devenu mon objectif dès ma 1ère année de fac.

 

  1. Quel a été ton parcours professionnel avant la création de Daylily Paris ?

J’ai eu l’occasion de travailler pour plusieurs entreprises de cosmétiques comme Marionnaud et Le Laboratoire Cosmétologique de Tahiti qui commercialise plusieurs marques de Monoï. Puis, j’ai été New Business Developer pour une agence spécialisée dans le secteur des cosmétiques. J’ai eu la chance de travailler sur énormément de projets pour des marques variées dans différents secteurs : grande surface, pharmacie, luxe…C’est toujours enrichissant de voir autant de projets et d’apprendre à connaître autant de marchés.

Daylily Paris, c'est la promesse de produits naturels, clean & efficaces, adaptés aux besoins des futures et jeunes mamans (mais aussi toutes les femmes qui aiment prendre soin d'elles). La routine beauté de la maternité est réinventée pour plus de sensorialité et pour une véritable parenthèse de bien-être au quotidien. Plus que des soins, Daylily Paris est une invitation à porter un regard bienveillant envers soi-même tout au long de la merveilleuse aventure de la maternité et chaque jour qui suit ! 

  1. Quelles sont les valeurs de Daylily Paris ? 
  • La bienveillance : envers soi-même, envers son corps qui vit un bouleversement incroyable, envers l’environnement grâce à des choix éco-responsables, envers les animaux en proposant des formules vegan et en refusant l’exportation de nos produits dans des pays où le test animal est obligatoire.
  • L’expertise : nous travaillons avec des experts que l’on intègre dans nos travaux (sage-femme, dermatologues, toxicologues, naturopathes…). La femme enceinte fait également partie intégrante du process de développement de nos produits.
  • L’accessibilité :  proposer des produits de qualité, accessibles au plus grand nombre avec des prix les plus justes possible.

 A LIRE AUSSI : Interview de Mélanie Dinane, directrice de Goldup

 

  1. Notes-tu une évolution dans les cosmétiques ?

Je dirais une révolution. Lorsque Daylily est né, les cosmétiques bio existaient mais on ne parlait pas de « Clean Beauty » et on n’avait pas un tel engouement. Il faut savoir que lorsque l’on est enceinte le bio n’est pas toujours gage de sécurité car certains produits ne sont pas forcément compatibles avec la grossesse (aloe-vera, huile essentielle…). 

Il y a également un avant et un après engendré par la création des applications permettant de décrypter les ingrédients d’un produit (comme Yuka ou Clean Beauty). Ça a permis aux consommateurs de faire leur choix de façon plus éclairée, poussant ainsi les entreprises à reformuler leurs produits de façon plus clean, et tant mieux !

En quelques sortes, nous comptons parmi les précurseurs de la clean beauty car tous nos soins ont été pensés et formulés dans cette dé-marche bien avant l’essor de ces applications.

 A LIRE AUSSI : Recette beauté : Masque à l'argile rose

  1. Penses-tu que les femmes enceintes sont mises de côté dans les soins beauté ?

Il y a 6 ans lors de notre lancement, les femmes enceintes étaient clairement mises de côté dans la beauté. La niche était beaucoup trop petite pour que les grands acteurs s’y intéressent. Lorsque c’était le cas, l’offre n’était pas forcément très développée et les produits pas très sexy, ou pire, ils avaient des compositions parfois très limite !

Cette tendance s’inverse et c’est un marché qui intéresse de plus en plus de monde. L’engouement est en corrélation avec les émissions qui s’emparent de ce sujet.

 

  1. Penses-tu que le fait de parler de la grossesse est un tabou ? Trouves-tu que l’on en parle assez aux jeunes femmes qui n’ont pas vécu ça ?

Bien au contraire, j’ai l’impression que ces dernières années parler de grossesse est tendance. Il y a beaucoup d’influenceuses qui mettent en avant leur grossesse.

Cependant, il reste des choses assez tabou au sujet de la grossesse, mais c’est de moins en moins vrai. Avec les réseaux sociaux, l’information circule plus facilement et permet de lever les tabous. Beaucoup d’acteurs s’emparent des sujets et contribuent à libérer la parole afin que demain il n’y ait plus de tabou et que les futures et jeunes mamans puissent vivre au mieux leur maternité. A notre échelle, nous essayons de contribuer à cela tous les jours ! 

Être informé est la clé pour vivre au mieux sa maternité et sa grossesse.

 A LIRE AUSSI : Interview Julie Pernet, créatrice de MakeMyMask

 

  1. Si tu pouvais inviter 3 personnes à un dîner, qui seraient-elles ?

En ce moment j’ai grandement besoin de légèreté et de rire alors je dirais : Camille Lellouche, Jonathan Cohen et Camille Cottin.

  

  1. Quel est le rêve qu’il te reste à réaliser ?

Retourner à Tahiti, l’endroit où j’ai rencontré mon mari et y emmener mes 3 enfants.

 

  1. Quel est le meilleur conseil que l’on t’ait jamais donné ?

Celui de mes parents qui depuis petite me répètent : « qui ne tente rien n’a rien ».

 

  1. Quelle est ton addiction ?

S'il y a bien une chose qui me rend addict c’est l’odeur de mes bébés. Un réel shoot de bien être !

 

  1. Que penses-tu des compléments alimentaires ? En prends-tu personnellement ?

C’est une source incroyable pour prendre soin de soi et améliorer notre santé au quotidien, que ce soit pour des questions de santé ou de bien-être. Personnellement j’en consomme régulièrement.

 

  1. Que penses-tu de Konjak Paris ? As-tu un conseil à nous prodiguer ?

 Il n’y a pas longtemps on m’a parlé du konjac et je trouve que c’est une bonne idée de le mettre sous forme de complément alimentaire. J’adore votre identité visuelle, les éléments que vous mettez en avant et votre communication sont top !

Un conseil que je pourrais vous donner serait éventuellement d’avoir plus de spontanéité dans votre feed Instagram et de mettre en perspective l’équipe qui se cache derrière Konjak Paris.

Pour recevoir gratuitement notre guide santé, c’est ici :