Interview d’Agathe Jacquinet fondatrice d’Ajnalogie

Cest vraiment rare de rencontrer une entrepreneure aussi inspirante et déterminée quAgathe Jacquinet ! Pendant lentretien quelle nous a consacré, cette entrepreneure de génie nous parle de son projet de révolutionner le marché du parfum, de la genèse dAjnalogie, des valeurs quelle porte, de sa stratégie et nous livre des conseils pour tout entrepreneur en herbe ! Réjouissant !

 

 

Peux-tu nous raconter ton enfance ?

Oui bien sûr, je suis née à Reims mes parents sont vignerons en champagne. Jai donc baigné dans cette ambiance entrepreneuriale, où on travaille là où on vit et où on peut passer un samedi soir à parler boulot entre nous ! Cela ma aussi donné lenvie de gérer ma vie, d’être mon propre patron. Le champagne est un univers ultra-sensoriel et dailleurs le branding de la marque de champagne est axé sur le langage de l’émotion et du partage. Quand j’étais enfant, javais une passion pour le parfum, je collectionnais des miniatures de parfums et je mamusais à deviner le nom du parfum que les gens portaient donc cest une passion qui vient de loin !

Pour en revenir au groupe familial, nous en sommes aujourdhui à la quatrième génération, ma petite sœur qui est œnologue vient dintégrer le groupe.

Et d’ailleurs tu n’as pas été tentée de prendre la relève toi-même ?

Je mentirais si je disais que mes parents ny ont jamais songé mais ils ont toujours été attachés à notre liberté et ne nous auraient jamais forcé à quoi que ce soit. Moi jaime bouger, voyager et cest vrai que le métier de vignerons impose d’être présent à un endroit précis pour soccuper des vignes, ça ne correspondait pas forcément à mon tempérament.

Donc tu t’es vite orientée sur le parfum ?

Oui jai fait des études de publicité et communication à lISCOM, puis je suis partie 1 an à New-York pour mouvrir lesprit. De retour jai poursuivi mes études à lISIPCA à Versailles, une école en parfumerie, produits cosmétiques et formulation d'arômes alimentaires, fondée par Jean-Jacques Guerlain, dans un master réalisé en partenariat avec lESSEC. Puis jai travaillé pendant 2 ans dans un groupe de soins capillaires à base de plantes. Mais je voulais revenir dans le secteur du parfum. Et cest pendant cette période que je me suis aperçue que javais envie de créer une entreprise. En décembre 2018 je suis partie faire une retraite de méditation dune semaine et répondre en mon for intérieur à cette question « jy vais ou pas ? ». En janvier 2019, je décide de sauter le pas et commence à mettre à plat le concept. En mars, jai la chance de rencontrer ma parfumeure Eléonore de Staël, cest un vrai coup de cœur et un coup de boost pour le projet car elle me propose d’exposer dans une galerie, « la Place » qui mêle art et parfum. Cest loccasion rêvée pour tester notre concept autour des émotions et de laromachologie. Là je sens que je tiens quelque chose mais je sais aussi que ce sujet est à l’étude dans les plus grandes sociétés de parfum donc je me dois de trouver une voie innovante. Je décide donc de créer un groupe de parole avec 3 personnes : Annick Le Guérer, une historienne du parfum, Sabine Le Camus, une professeure de lISIPCA et Francine Joly, une chimiste. Nous cinq avec Eléonore, nous cherchons les accords pour répondre à une émotion ?  Pour te donner un exemple, la famille des gourmands (chocolat, vanille, amande) renvoie à lidée de protection, de cocon tandis quau Moyen-Age, une association aromatique hespéridée de romarin, sauge et citron était vue comme antibactérienne. Quant à Francine on travaille avec elle sur le microbiote nasal, comment le reprogrammer et le détoxifier. Cest passionnant !

En septembre 2019, je crée un autre groupe de parole avec des entrepreneurs, des parfumeurs et des amis pour nous aider sur la dimension artistique : on veut créer de sublimes parfums !

À LIRE AUSSI:  Interview de Sonia Peyrieux, journaliste beauté et bien-être

 

Comment as-tu trouvé ton laboratoire ?

Sur un salon professionnel en septembre 2019. Jai eu beaucoup de chance cest une société familiale basée à Grasse qui a tout de suite adhéré à mon projet et est aujourdhui un partenaire très important pour nous. Le made in France est très important pour moi.

Et d’où est venue l’idée de la pipette ?

Sur ce même salon, je me suis aperçue que curieusement personne ne vendait de beaux flacons rechargeables, je suis donc allée chercher dans les cosmétiques lidée du flacon sérum. Jen commande 50 pour mes prototypes en verre givré et laccueil de mes testeurs est juste dingue ! Cela plaît énormément aux gens et du coup comme ces flacons sérum sont habituellement vendus avec ce système de pipette je me dis que ça peut être intéressant : le parfum ne doit pas être un geste automatique il faut se reconnecter au parfum et créer des rituels.

 

Tu peux nous raconter le lancement ?

Nous avons fait une campagne de financement participatif en mars/avril 2020 pendant le premier confinement. Cela a permis de valider lintérêt du public pour le produit. Pour réussir ce type de campagne je conseille vraiment de se servir de son réseau cest crucial. Les produits ont été livrés en septembre et jai eu de bons retours. Maintenant je suis sollicitée par des revendeurs et je suis en train de finaliser ma stratégie de distribution en retail physique. Ma mission cest de rendre le produit le plus accessible.

Nous avons eu une super couverture presse. Ajnalogie a été perçue comme une marque « intelligente », qui permet de se reconnecter à ses émotions. Cela étant dit je ne veux pas être perçue comme une marque élitiste ou intellectualisante, je veux rester accessible.

À LIRE AUSSI:  Interview Alexandra Le Tellier : entrepreneure libre

 

Ajnalogie se revendique comme un mouvement de parfumerie dont les senteurs répondent aux besoins émotionnels du quotidien, tu peux nous expliquer ?

 

Les odeurs influencent nos émotions. L'odorat est relié au cerveau limbique, le cerveau qui ne réfléchit pas, qui ressent, le cerveau des émotions et du souvenir. Parce qu’ils suivent le même chemin neurologique que les émotions, les parfums court-circuitent le mental. Vous pouvez constater comme il est difficile de mettre un mot sur une odeur, au même titre que sur un ressenti.

 

 

Quel est le profil de tes clients ?

Deux principaux profils :

  • La femme de 40 à 60 ans qui souhaite se reconnecter à ses émotions et qui s’aperçoit qu’elle ne s’est peut-être pas assez écoutée par le passé. Nous avons beaucoup de bouche-à-oreille et de recommandation sur ce segment
  • La femme de 20 à 30 ans sensible à la naturalité, aux valeurs que nous défendons (absence de jugement, non genré) et à notre démarche écologique.

 

  • Quelles sont les valeurs que vous défendez ?

  • Le Bien-être

  • La Naturalité

  • L’Art

  • Le Made in France

  • Le non genré

À LIRE AUSSI: 

Interview d'Elodie Jacquemond, fondatrice Holissence

 

    Pourquoi le non genré ?

    Oui cest très important pour moi, on na pas de prédisposition à un parfum particulier parce quon est un homme ou une femme. Dailleurs, SERENITE 4.0 qui est très vanillé est très apprécié par les hommes.

    En revanche, on peut observer une importance de la culture dans l’analyse des matières, pour te donner un exemple le santal est perçu en Occident comme réconfortant alors quen Inde il est chargé de connotations religieuses.

    À LIRE AUSSI:  Interview de Murielle Sitruk, cofondatrice de Pourquoi Princesse.

     

    Quel souvenir gardes-tu de ton année passée à NYC, est-ce que ce séjour a eu un impact sur la création d’Ajnalogie ?

    Un bon souvenir c’était en 2015. Jai découvert lessor de la méditation, ça a participé à mon cheminement oui, ça ma donné une vision avant-gardiste.

     

    Je crois que tu as en projet la création de bijoux, tu peux nous en dire davantage ?

    Je compte en effet lancer une ligne de bijoux olfactifs pour Noël 2021, il sagira de supports pour accéder aux parfums tout au long de la journée.

    À LIRE AUSSI:  Interview de Pauline Laigneau fondatrice de Gemmyo et du podcast Le Gratin

     

    Le fait de ne pas avoir de cofondateur ou cofondatrice, est-ce un choix délibéré ?

    Cest un choix délibéré, javais besoin de me concrétiser seule. Mais je suis très entourée : Eléonore bien sûr, mon laboratoire, 2 graphistes, un comptable et 3 amis qui maident sur le branding, le merchandising et le juridique.

     

    Quelle est ta plus grande fierté d’entrepreneure ?

    Arriver à me faire confiance. Je suis très intuitive.

    Également, jadore partager, faire du mentoring. Je vais avoir mon premier stagiaire bientôt et j'ai hâte de lui transmettre !

     

    Comment partages-tu ton temps aujourd’hui ? Parviens-tu à déléguer ?

     

    Je passe 1 à 2h par jour à animer les réseaux et 1h à envoyer mes colis en allant à la poste.

    Je délègue tout ce que je ne sais pas faire : site internet, juridique et comptable.

     

    Quel est le livre qui t’a le plus marqué et pourquoi ?

    Les 4 accords toltèques de Miguel Ruiz, un guide de développement personnel dune justesse et dune simplicité déconcertante. Je fais de mon mieux pour appliquer ces principes [parole impeccable, pas de suppositions, faire toujours de son mieux et ne pas en faire une affaire personnelle] au quotidien.

    Quel est le plus beau voyage que tu aies réalisé ?

    Avec 3 amis, un roadtrip en bus en Asie du Sud-est : Vietnam, Cambodge, Thaïlande quand javais 18 ans !

     

    Comment progresses-tu ?

    J’écoute beaucoup, je communique et je nai pas peur de me remettre en question.

     

    Que penses-tu des compléments alimentaires ? En prends-tu personnellement ?

    Je pense que cest formidable. Jen prends, surtout pendant lautomne et lhiver en cure pour renforcer mes défenses immunitaires. Depuis que jen prends je sens vraiment la différence. En ce moment je prends des vitamines A, B6, C, D, du sélénium, de la spiruline, du calcium et du zinc.

     

    Que penses-tu de Konjak Paris ? As-tu un conseil nous prodiguer ?

    Je pense que cest un projet qui a de lavenir, l’équipe que vous formez est intéressante. Kahina est une ambassadrice avec beaucoup de gentillesse et de compassion, je suis sûre que les clients ladorent ! Mon conseil serait de travailler sur la confiance et laffirmation de soi. Il faut lutter contre le syndrome de limposteur, pendant lannée 2019 quand jai développé et essayer de rassembler des gens autour de mon projet j’étais victime de ce syndrome, jai agi et finalement jai compris que parfois il faut juste agir et le sens vient plus tard. Quand on met beaucoup d’énergie, ça paie toujours !

    Merci Agathe ! 

    Commence à prendre soin de toi dès maintenant