Interview Caroline Siavy, cheffe de rubrique beauté à ELLE.fr

René Char disait : « Il n'y a que deux conduites avec la vie : Ou on la rêve ou on l'accomplit. ». Caroline a décidé en classe de seconde de devenir journaliste et a réalisé son rêve, après de brillantes études au CFPJ. Elle travaille aujourd’hui au sein du Graal des rédactions de la presse féminine : le magazine ELLE. Au cours de ce passionnant entretien, cette amoureuse de Sofia Coppola et des îles méditerranéennes revient sur son parcours, sa vision du secteur du journalisme et sur les dernières tendances beauté ! Une personne vraiment lumineuse et inspirante !

 

Peux-tu nous raconter ton enfance ?

J’ai eu une enfance très heureuse. Je suis partie vivre à l’étranger (en Grèce et au Brésil) à 9 ans. La culture de ces deux pays, très différents, m’a profondément marquée. Surtout la Grèce, mon pays de cœur. 

 

Après une hypokhâgne à Victor Duruy et une licence de lettres modernes, tu t’es dirigée vers le journalisme en intégrant le prestigieux CFPJ, qu’est-ce t’a attiré dans ce métier ?

 

J’ai décidé de devenir journaliste lorsque j’étais en seconde. J’avais une vraie passion pour les débats de société et les émissions littéraires. Je voulais d’ailleurs devenir critique littéraire, très précisément. C’est pourquoi je me suis dirigée vers des études de lettres. Finalement, je suis devenue journaliste beauté sur le digital ! Un tout autre métier. Avec le temps, je me suis rendu compte – comme tous les journalistes j’imagine – qu’il y a mille façons d’exercer cette profession. En réalité, je pense qu’il y a surtout des qualités à avoir – rigueur, curiosité et esprit d’analyse. Pour trouver son support (télé, radio, web, print), son média puis sa rubrique, c’est une question de centre d’intérêt, de goût et de compétences... et un peu de chance aussi ! Mais je ne m’interdis pas de changer de rubrique et pourquoi pas de revenir à la culture un jour.

À LIRE AUSSI:  Interview de Victoire Sikora, journaliste et présentatrice TV

 

Comment vois-tu l’évolution du print vs. digital ?

 

Je pense que c’est une erreur de les mettre en opposition. Le fait que le print, dont on annonçait la fin il y a quelques années, perdure et continue de séduire en se renouvelant sans cesse, signifie bien qu’il y a toujours un attrait du papier pour les lecteurs. Moi la première, je lis évidemment le magazine ELLE chaque semaine mais j’achète même des titres qui sont 100% papier, à l’instar de Society. Le print et le digital sont en réalité complémentaires. Tout l’enjeu est justement de penser 360° en incluant tous les supports. 

 

Aux premières loges pour observer les industries beauté et bien-être, quelles sont les grandes évolutions que tu as observées depuis 5 ans ?

 

Je dirais le green évidemment (et je ne pense pas que ce soit une tendance mais un engagement), la beauté inclusive (il faut aller plus loin sur ce terrain) et bien sûr le bien-être (les marques qui ont une approche holistique de la beauté en incluant le sport, la nutrition, la relaxation etc. ont tout compris à mon sens).

À LIRE AUSSI:  Interview de Sonia Peyrieux, journaliste beauté et bien-être

 

Qu’est-ce qui est le plus facile/difficile dans l’écriture d’articles de presse ?

 

Le plus facile, c’est écrire car j’adore ça. Le plus difficile, c’est tout ce qui précède l’écriture, c’est le moment du choix. Choisir le bon sujet, le bon angle, les bonnes infos, les bons intervenants, le bon titre.... Il faut trouver des histoires qui n’ont pas encore été racontées et lues ailleurs. Ce sont celles que je préfère lire.  

 

La “clean beauty” est-elle un effet de mode ou une vraie transformation ?

 

Je ne crois pas que ce soit un effet de mode, en tout cas pas de la part des consommatrices. J’imagine mal qu’on puisse revenir en arrière dans quelques années et décider de ne pas faire attention aux ingrédients qu’on applique sur notre peau au quotidien. C’est une question de beauté mais aussi de santé. 

À LIRE AUSSI:  Interview de Coralie Lancry, fondatrice de Nateya.

 

Si tu pouvais inviter 3 personnes à un dîner, quelles seraient-elles ?

 

Michelle Obama, Aya Nakamura et Céline Dion.

 

Quel est le roman (ou le film) qui t’a le plus marqué et pourquoi ?

 

Les romans de James Ellroy m’ont beaucoup marquée. Je trouve qu’il est très rare en lisant un livre policier de s’extasier sur l’écriture et c’est le cas avec cet auteur. Je suis une amatrice de cinéma et il y a de nombreux films qui m’ont touchée : Vanilla Sky, Mommy, … J’adore le travail de grands réalisateurs comme Scorsese, Tarantino, Hitchcock, Nolan… Mais je suis toujours touchée par les œuvres de Sofia Coppola que je trouve justes, intimes et subtiles. 

À LIRE AUSSI:  Interview de Lisa Vignoli, journaliste et auteur

 

Quel est le plus beau voyage que tu as réalisé ? Pourquoi ?

Même si je suis allée loin, j’ai toujours eu un faible pour les pays méditerranéens. J’aime énormément les îles : Ibiza, Hydra, la Corse qui ont une beauté innommable et où il y a une vraie douceur de vivre.

 

Quel est le meilleur conseil que l’on t’ait jamais donné ?

 

Je pense que le meilleur conseil qu’on m’ait donné est de s’accepter telle que l’on est, de s’écouter et de prendre soin de soi, dans tous les sens du terme.

 

Comment progresses-tu ?

 

Pour progresser, je pense qu’il faut d’abord être capable de s’analyser pour avoir conscience des choses à améliorer chez soi, savoir se remettre en question. Puis s’ouvrir au monde extérieur. En s’instruisant, en étant curieux, en parlant, en ayant soif de rencontres quelles qu’elles soient, on apprend toujours. J’ai sans cesse envie de progresser, c’est même un défaut. J’ai du mal à me contenter de ce que je fais et de ce que je suis. J’en veux toujours plus ! 

 

Quelle est ton addiction ?

 

Je suis totalement addict au sucre. C’est une vraie drogue !

À LIRE AUSSI:  Interview Mounia Erkha, fondatrice de 108 Milliards Rituals and Coaching for life.

 

Que penses-tu des compléments alimentaires ? En prends-tu personnellement ?

 

Je pense que c’est une aide précieuse et qu’il ne faut pas les sous-estimer. Mais le plus important reste d’avoir une alimentation équilibrée et une vie saine. 

 

Que penses-tu de Konjak Paris ? As-tu un conseil nous prodiguer ?

 

Même s’il en existe de plus en plus, je vois toujours d’un bon œil ces marques de beauté / bien-être qui veulent nous faire du bien. Ne lâchez rien ! 

 

Merci Caroline <3

Commence à prendre soin de toi dès maintenant